PETITES SIRÈNES
Accueil > REPERTOIRE > PETITES SIRENES > PETITES SIRÈNES
1. 2. 3. Petites Sirènes J.Piffaut 4. Petites Sirènes J.Piffaut 5. Petites Sirènes J.Piffaut 6. Petites Sirènes J.Piffaut 7. Petites Sirènes J.Piffaut 8. Petites Sirènes J.Piffaut
  • PRODUCTION DÉLÉGUÉE ESPACE DES ARTS - DISPONIBLE EN TOURNEE
  • PREMIER AMOUR
    Récit profondément initiatique, le conte d’Andersen – l’un des quelques cent cinquante qu’il nous aura laissés – met en scène la métamorphose tragique de la fille du Roi des Ondins acceptant de perdre son monde et sa voix pour l’amour d’un prince qui finira par l’abandonner. Un amour où l’enfance se perd, déchirée entre la découverte du désir propre à cet âge incertain et la quête d’un absolu que le visage fuyant du prince ne pourra jamais tout entier accueillir. C’est à trois voix de jeunes femmes – trois comme les éléments, mer, terre, air, que traverse la petite sirène – qu’Alexis Moati a confié ce long poème d’Andersen qui plonge dans le rêve et l’étrange. Très librement, ouvrant les replis du récit d’Andersen au travail d’improvisation ou au silence de scènes muettes, Alexis Moati accorde ici une place centrale à la figure de la jeune fille. À l’aube d’une vie rêvée, les métamorphoses de la Petite Sirène seront le miroir – un miroir aussi changeant que celui que brouillent les houles marines – d’un âge qui se cherche et peine à trouver, et son corps, et sa voix.

    L’humanité - Culture - le 25 Février 2013
    La chronique théâtre de Jean-Pierre Léonardini
    Dans le champ des sirènes
    Avec Petites Sirènes, spectacle librement inspiré de l’œuvre d’Andersen, Alexis Moati, en résidence à l’Espace des arts (scène nationale de Chalon-sur-Saône), accomplit – en une heure d’horloge – un acte poétique majeur sur l’adieu à l’enfance (2).
    C’est à partir du conte du vieil enchanteur danois (sa compatriote Karen Blixen le disait « émouvant tel un violon ») que Moati, sur une mer de chiffons en Technicolor, avec gouttes d’eau tombant des cin- tres (scénographie de Thibault Vancraenenbroeck), sons aquatiques (Josef Amerveil) et lueurs d’entre deux eaux (Ivan Mathis), plonge trois grâces (Fanny Avram, Léna Chambouleyron, Chloé Martinon, en costumes conçus par Aude-Claire Amédéo) dans l’histoire de la fille du roi des ondins tombée en amour pour le prince qu’elle sauve d’un naufrage... Las, échangeant sa voix contre des jambes, la sirène perd son pouvoir et se mue en écume, le prince épousant une princesse terre à terre…
    C’est tout un univers d’ondulations et de mouvements amniotiques qui scande cette initiation pubertaire, sublimée dans le conte revisité avec tact, qui fait de cette œuvre de chair une perle de la plus belle eau. Après un Peter Pan à juste titre remarqué et avant Adolescences, en gestation, ces Petites Sirènes con- firment l’esprit d’enfance maintenu d’un homme de scène qui ne dévie pas d’un pouce sur le chemin de son obsession bénéfique, renouant du coup avec un théâtre de la jeunesse à désormais réinventer de toute son âme.
    2) Nous avons assisté à ce spectacle, prévu dès l’âge de onze ans, le 14 février au festival À pas contés, au parvis Saint-Jean, à Dijon. Il sera les 7 et 8 mars au Théâtre Durance, à Château-Arnoux. Tournée en préparation.


    Politis - Théâtre - le 7 Février 2013
    Anaïs Heluin
    Poésie de l’inachevé
    Si Joël Pommerat est le plus fameux des metteurs en scène français à adater des contes, à en ontrer la violence et les rapports avec la réalité, d’autres s’engagent dans cette même voie (...) Avec ses Petites Sirènes, Alexis Moati s’inscrit également dans cette tendance du conte théâtral, destiné tant aux enfants qu’aux adultes.
    Le metteur en scène choisit de tourner le dos à l’imagerie du dessin animé et à tout effet visuel spectacu- laire pour se concentrer sur le texte. Sur sa poésie un peu rugueuse, cruelle derrière un abord naïf peuplé de jolies ondines, de châteaux immergés sous les flots et de princes aux manières charmantes. (...) Quelques gouttes de poésie contre une marée de refoulement.

  • distribution
  • production

Librement inspiré d’ Hans Christian Andersen
Mise en scène Alexis Moati
Dramaturgie et traduction Céline-Albin Faivre
Scénographie Thibault Vancraenenbroeck
Costumes Aude Claire Amédéo
Lumières Yvan Mathis
Univers sonore Josef Amerveil
avec
Fanny Avram 
Léna Chambouleyron
Chloé Martinon 

Durée : 01h00
Public : Tout public à partir de 11 ans

Coproduction Espace des Arts, Scène Nationale de Chalon-sur-Saône / Vol Plané
Résidence de création Théâtre Durance, Château-Arnoux/Saint-Auban / Ville de Vitrolles

Contact production Espace des Arts :
Philippe Buquet
Tél : +33 (0)3 85 42 52 00

Direction de production Vol Plané :
Tatiana Pucheu-Bayle
contact@vol-plane.com
Tél : +33 (0)7 62 51 16 75

Compagnie Vol Plané
La Gare Franche
7 chemin des Tuileries - 13015 Marseille
+33 (0)7 62 51 16 75
contact@vol-plane.com