DO IT, AUTOPORTRAIT DE L'AUTEUR EN BASKETS - CREATION 2018
Accueil > SPECTACLES > DO IT, AUTOPORTRAIT DE L’AUTEUR EN BASKETS - CREATION 2018
  • création le 7 avril 2018 à La Criée


  • « Il y a 5 ans j’ai découvert le film « A bout de course » de Sidney Lumett. J’ai été bouleversé.
    C’est une histoire de famille… La lente séparation d’un fils, d’avec ses parents. A un moment j’ai senti que ce n’était pas moi qui regardait le film mais plutôt le film se mettait à me regarder. J’y ai reconnu quelque chose, il m’invitait sur un chemin, je l’ai suivi… jusqu’ici.
    Alors je vais courir après je ne sais quoi, et tenter moi aussi de me mettre à bout de course. Le titre original du film est « Running on empty », ce qui pourrait se traduire littéralement par « courir à vide », ou « courir dans le vide ».
    Lorsque les événements de 1968 éclatent, mes parents ont 26 et 29 ans, ils sont comédiens, ils habitent Paris, ils se sont rencontrés un an plus tôt, je naitrais en 1970.
    Durant la jeunesse de mes parents j’ai eu un rival absolu : le théâtre. C’était une époque où l’on s’intéressait peu aux enfants. Le seul sujet de discussion à la maison, c’était le théâtre et la politique. J’ai le sentiment de les avoir beaucoup attendu, grandissant plus à coté d’eux qu’auprès d’eux
     »
    Alexis Moati


    Alexis Moati se met physiquement en jeu avec ce texte qui part de son histoire intime pour faire écho à une histoire plus vaste. Il traverse ainsi, en coureur de fond immobile, les paysages de ses souvenirs, enfant d’une époque, qui une fois devenu adulte et lui-même père, porte un regard sur ce qui l’a façonné.

    Sa narration est rythmée par les foulées, les accélérations et décélérations de la course. Il court en remontant le temps, traversant littéralement, les images et les musiques de la jeunesse de ses parents, nous raconte ses grands-parents d’Algérie, l’ennui et l’attente, la tête coupée du père, accessoire de théâtre chéri, le temps qui passe, la jeunesse inimaginable des parents, Fernand et son Ami 8 vert olive, l’absence, la vraie vie que l’on espère.

  • « Je ne sais toujours pas si j’ai aimé cette drôle d’enfance. Dans mes souvenirs, se mêlent colère et tendresse, rejet et fierté. J’en ai gardé le sentiment d’un perpétuel marchandage entre les valeurs qui m’ont été inculquées petite fille et le monde dans lequel je vis aujourd’hui. Qu’est-ce qu’on garde ? Qu’est-ce qu’on jette ? Que transmettre ? Pas si simple. »

    Virginie Linhart, in 68, mes parents et moi

  • distribution
  • production

Un projet Vol Plané en coproduction avec la Gare Franche et La Criée

  • Texte, mise en scène et jeu : Alexis Moati
  • Musique : Léna Chambouleyron et Josef Amerveil
  • Chant : Warda Rammach
  • Vidéo : Thomas Fourneau

Compagnie Vol Plané
La Gare Franche
7 chemin des Tuileries - 13015 Marseille
+33 (0)7 62 51 16 75
contact@vol-plane.com